Pmarinier.com website reputation

Pays

Google+

LA GALERIE VERTICALE

sélection Photo-Art et Musique 1. Coucher de soleil
Sélection Photo-Art et Musique 2. Reflets sur l'eau
Sélection Photo-Art et Musique 3. Petit port
Sélection Photo-Art et Musique 4. Fleurs
Sélection Photo-Art et Musique 5. Papillon
Sélection Photo-Art et Musique 6. Automne
Sélection Photo-Art et Musique 7. Crique
Sélection Photo-Art et Musique 8. Poisson tropical
Sélection Photo-Art et Musique 9. Mer
Sélection Photo-Art et Musique 10. Stonehenge
Médaillon nature 1
Médaillon nature 2
Médaillon nature 3
Médaillon nature 4
Médaillon nature 5
Médaillon nature 6
Médaillon nature 7
Médaillon nature 8
Médaillon nature 9
Médaillon nature 10

La section réservée à l'information se voit doter d'une nouvelle page.Elle sera utilisée à vous donner quelques informations supplémentaires sur toutes sortes d'historiques et de traditions que nous connaissons tous plus ou moins,ou pas du tout.

 

Par exemple,nous connaissons tous Noël,mais peut-être pas dans le détail ses origines et son histoire !...Cette page de mon site vous permettra donc pour ceux et celles qui le souhaitent,

d'en savoir un peu plus sur ces divers sujets.

 

En cette période de fêtes,je commencerai tout d'abord par vous donner quelques informations concernant l'historique et les origines de la tradition de Noël.

 

J'espère que cette nouvelle lecture saura vous intéresser,et que vous y reviendrez régulièrement à chaque nouvelle publication.

Très belle visite sur Photo-Art et Musique !...

La tradition de Noël

 

Aucun texte chrétien ne précise quel jour dans l'année est né Jésus-Christ.Noel ne fait pas partie des fêtes suivies par les premiers chrétiens et ne figure pas dans les listes publiées par Irénée de Lyon et Tertullien.

 

C'est au IVè siécle,que la date du 25 Décembre a été choisie comme date pour la fête de Noêl,principalement dans le but

de la substituer aux fêtes paiennes qui étaient d'usage à

 

l'époque,comme la fête de la renaissance du soleil invaincu,

celle du solstice d'hiver et des Saturnales romaines qui avaient toutes lieu à la période du 25 Décembre.

 

Le document le plus ancien qui a été retrouvé mentionnant cette date du 25 Décembre est le Chronographe de l'An 354.

Les églises célèbrent Noël le 25 Décembre,qui est une date différente selon le calendrier qu'elles utilisent.

 

De nos jours,Noël est fêté dans la nuit du 24 au 25 Décembre,

et le 25 toute la journée.En tant que fête chrétienne,elle commémore chaque année la naissance de Jésus de Nazareth

et est célébrée le 25 Décembre dans les calendriers grégorien

et julien.

 

À l'origine,il existait des festivités paiennes marquant le solstice d'hiver,symbole de la renaissance du soleil.L'église apostolique arménienne a gardé la tradition plus antique de célébrer au 6 Janvier les deux fêtes de la Nativité et celle de l'Epiphanie.

 

Au XXIè siécle,la période entourant Noël,(dite,"période des fêtes"),revêt un aspect commercial largement non religieux,

et dans certains pays,le jour de Noel est férié.

 

Dans cet esprit,Noël devient une fête à connotation folklorique,

caractérisée par un regroupement des cellules familiales autour d'un repas,et d'un échange de cadeaux autour du sapin tradi-tionnel.

 

Origines du Père Noël

 

En Europe,les rituels liés à l"approche de l'hiver sont ances-

traux.Au moyen-age,l'église catholique décide de remplacer

les figurines paiennes par des saints.

 

Par le nom de saint Nicolas,elle désigne Nicolas de Myre.Cet évêque,né vers la fin du IIIè siécle en Lycie,au sud de l'actuelle Turquie,possédait un héritage important.

 

L'histoire nous dit qu'il distribuait des cadeaux et de la nourriture aux pauvres et aux familles modestes pendant la nuit,anonymement.Ainsi,il tentait de récupérer le mythe du Santa Klaus scandinave laique à des fins religieuses.

 

Ce qui n'aura de cesse de continuer pendant des siècles.

Lors des croisades, au XIè siècle,sa dépouille est volée par des marchands italiens,mais ils laissent sur place un morceau de crâne et de mâchoire.Les reliques sont transférées à Bari,en Italie.

 

Un chevalier lorrain aurait aussi récupéré une de ses phalanges et l'offrit à l'église de Port.Devenue lieue de pèlerinage,la ville est alors rebaptisée Saint-Nicolas de-Port.Saint-Nicolas devient le saint-patron de la Lorraine.

 

En 1477,le duc de Lorraine,René II,lui attribue sa victoire contre Charles le Téméraire.Par la suite,sa légende sera reliée

à la nativité.Il deviendra dans presque toute la France "Papa Noël",soit "Père de la nativité."

 

Bien que la tradition du Père Noël est des origines en Europe

du Nord,il est popularisé aux Etats-Unis au 19è siècle.

 

Le Père Noël est aussi l'équivalent français du Santa Claus américain,dont le nom est lui-même une déformation du néerlandais Sinterklaas (Saint-Nicolas).

 

Il est largement inspiré de Julenisse,un lutin nordique qui apporte des cadeaux à la fête du milieu de l'hiver,la Mind-

tvintersblot,et surtout du dieu viking Odin,qui descendait

sur terre pour offrir des cadeaux aux enfants scandinaves.

 

Au demeurant,c'est bien celui-ci,ancêtre de tous les autres qui semble être le point de départ.

 

 

Historique du jour de l'An

 

Le jour de l'An ou Nouvel An est le premier jour d'une année.

Par extension,le terme désigne aussi les célébrations de ce

premier jour de l'année.

 

La célébration du nouvel An correspondrait au renouvellement annuel de la cosmogonie primitive et aussi de la cosmogonie des origines,que l'on retrouve dans toutes les civilisations primitives,et permet de retrouver la plénitude du monde initial.

 

Bien que les jours de l'An tombent rarement à la même date d'un calendrier à l'autre,on remarque tout de même une relative concordance entre pays.

 

En effet,la disparition de la végétation durant l'hiver et sa renaissance au Printemps a nourri le mythe très répandu de

la renaissance cyclique de l'année.

 

Il n'est donc pas étonnant qu'un grand nombre de jours de l'An soient fêtés entre le solstice d'hiver et l'équinoxe du Printemps.

 

Cependant,ceci n'est nullement universel,notamment dans les pays tropicaux ou le cycle des saisons est bien moins tangible.

 

En France,le jour de l'An n'a pas toujours été le 1er Janvier.Il s'est fait que la nouvelle année commence à cette date en vertu de l'Edit de Roussillon,le 9 Août 1564,promulgué par le roi Charles IX.

 

Auparavant,le jour de l'An a beaucoup changé au cours des siècles pour les peuples usant du calendrier solaire et ce,au gré des églises,des époques et des pays.

 

Par exemple,au VI et VIIè siècle,dans de nombreuses provinces,le jour de l'An était célébré le 1er Mars.Sous charlemagne,l'année commence à Noel.Finalement,l'Edit de Charles IX harmonisa les pratiques.

 

Puis en 1622,cette mesure fût généralisée par le Pape à l'ensemble du monde catholique,notamment pour simplifier

le calendrier des fêtes religieuses.

 

De nos jours,en Occident,il est de coutume de fêter le Nouvel

An par un banquet la veille,le soir du 31 Décembre : c'est le réveillon de la Saint-Sylvestre.

 

Ce repas comprend généralement du foie gras et du champagne.Après celui-ci,les fêtes mêlent danses et lancers

de cotillons, boules et rubans de papier.

 

À minuit chacun s'embrasse,parfois sous le gui,en se souhai-

tant les meilleurs voeux possibles et en s'engageant dans d'éventuelles bonnes intentions.Puis on offre les étrennes et

les cadeaux de nouvelle année.

 

 

Historique du sapin de Noël

 

 

La coutume du sapin de Noël moderne remonte à la renai-

ssance,dans les pays germaniques à partir du XVè siècle.

Mais il existe un certain nombre de théories qui spéculent quand à son origine plus lointaine.

 

L'image de l'arbre comme symbole de renouveau de la vie est un thème traditionnel paien qui se retrouve dans le monde antique et médiéval,avant que ce symbole soit assimilé par le christianisme.

 

Le sapin et l'épicéa conifères à feuilles persistantes rappellent depuis longtemps ce symbolisme de la renaissance lors du solstice d'hiver,comme en attestent les gravures rupestres dans les régions scandinaves.

 

L'utilisation d'arbres à feuilles persistantes,de couronnes et de guirlandes pour symboliser la vie éternelle est une coutume antique chez les Egyptiens,Chinois et Hébreux.

 

Le culte des arbres est courante dans l'Europe paienne et survit à sa conversion au christianisme dans les coutumes scandi-

naves ou persiste la tradition lors des fêtes d'hiver de Yule de

 

décorer la maison et la grange avec des conifères auxquels on attache des torches et des rubans de couleur ou de suspendre des branches de sapin dans la maison pour chasser les mauvais esprits.

 

D'autres théories lui attribuent une origine chrétienne en Gaule.La coutume du sapin décoré remonterait au missionnaire Saint-Colomban,qui fonda en l'An 590 le monastère de Luxeuil au pied des Vosges.

 

La tradition du Sapin de Noël est mentionnée pour la première fois à Sélestat en 1521.Ce n'est qu'à partir du XVIIè siècle que le sapin entier sera utilisé comme décor.

 

De nos jours,le sapin est devenu un objet de grande consom-

mation pour le mois de Décembre.Dans environ 70% des cas,le sapin vendu dans le commerce n'est pas un sapin blanc,mais un épicéa commun.

 

Il est moins cher et à croissance plus rapide,mais il garde ses aiguilles moins longtemps que le sapin de Nordmann.

 

Dans le cadre de la tradition chrétienne,l'arbre de Noël ne doit pas être érigé avant la veille de Noël,c'est-à-dire le 24 Décem-bre,et doit être enlevé douze nuits après,pour l'Epiphanie.

 

Dans les faits,les décorations des rues démarrent nettement plus tôt,et il n'est donc pas rare qu'un sapin survive jusqu'à la Chandeleur,peu de jour avant le début du Carême.

 

Aujourd'hui,le quart des sapins produit en France vienne du Morvan,en Bourgogne.

 

Le sapin de Nordmann,à l'odeur agréable mais moins prononcée que celle de l'épicéa,et dont les aiguilles tiennent près de deux mois,est le sapin le plus acheté par les français,

et tend à monopoliser le marché du sapin de Noêl en France. 

 

 

Historique de la Saint-Sylvestre

 

Au IVème siècle,a vécu un romain : Sylvestre,fils de prêtre.

Connu pour sa bravoure et son courage,Sylvestre fût réputé pour avoir risqué sa vie en hébergeant un chrétien dans sa demeure en pleine période de conflit religieux,et surtout pour

 

son combat contre la doctrine d'Arius de constantinople qui niait la nature divine de Jésus.Jugé et mis en prison sur ordre du préfêt,il fût ensuite libéré et ordonné prêtre.

 

Il deviendra le 33ème pape de la chrétienté,qui ordonnera la construction des premiers monuments chrétiens de cette époque.Il fût également l'un des premiers saints canonisé.

 

Selon l'histoire des religions,ses actes contribuèrent grande-

ment à la tolérance du christianisme au sein de l'empire romain,jusqu'à son intégration totale.

 

Toujours selon l'histoire,certains historiens avancent que ce saint fût choisi uniquement pour son nom qui évoque la forêt,

car la nature est en effet très importante dans les symboliques et traditions héritées de l'antiquité.

 

Il serait aussi à l'origine de miracles,de guérisons inexpliquées,

et de nombreuses légendes médiévales.perpétuées de géné-

rations en générations.

 

Saint-Sylvestre est mort le 31 Décembre 335,le jour de la grande fête romaine célébrant la fin de l'année passée.Voilà pourquoi aujourd'hui,nous célébrons toujours la Saint-Sylvestre.

 

 

Son origine

 

Les origines de la Saint-Sylvestre sont multiples et se perdent dans la nuit des temps.Les origines paiennes se sont mélangées avec les origines religieuses en drainant l'ensemble des croy-

ances populaires et religieuses liées au solstice d'hiver.

 

Les peuples et les cultures anciennes célébraient le solstice d'hiver et on retrouve la même symbolique dans toutes ces croyances et ces pratiques.

 

Dans la Rome antique,on s'échangeait des pièces et des médailles à l'occasion du changement d'année.Cette tradition perdure dans les étrennes qui sont remises aux enfants le jour de la nouvelle année.

 

Une dizaine de jours après les Saturnales,les romains orga-

nisaient des échanges de voeux à l'occasion de copieux repas,

qui s'accompagnait d'offrandes de rameaux verts et de confi-

serie.Cette période de fête était clôturée par les jeux du cirque.

 

Jusqu'à Jules César,la fête célébrant la fin d'année n'était pas une date fixe.À l'époque romaine,la fête se déroulait générale-

ment en Février.

 

C'est Jules César qui fixa la fin d'année au 31 Décembre.

En France,il fallu attendre que ce soit Charles IX qui le fasse,

pour que le premier jour de l'année,le nouvel An,soit fixé au

1er Janvier.

 

Historique de l'Halloween

 

Halloween est une fête folklorique traditionnelle et paienne ayant une lointaine origine celtique.Elle trouve son origine dans les lles anglo- celtes,célébrées dans la nuit du 31 octobre,

veille de la Toussaint.

 

Son nom est une contraction de l'anglais " All Hallows Eve",qui peut se traduire en français par " la veillée de la Toussaint".

 

En dépit de son origine chrétienne et anglaise,la grande majorité des sources présentent Halloween comme un héritage de la fête paienne de Samain qui était célébrée à la même date par les celtes et constituait pour eux une sorte de fête du nouvel An.

 

Halloween est ainsi connue jusqu'à nos jours sous le nom de Oiche Shamhna en gaélique.C'est une fête très populaire en Irlande,Ecosse et au Pays de Galles où l'on trouve de nombreux témoignages de son existence.

 

La lanterne emblématique d'Halloween,(Jack-o'-lantern),est elle-même issue d'une légende irlandaise.

 

Halloween est introduite en Amérique du Nord après l'arrivée massive d'irlandais et d'écossais,notamment à la suite de la grande famine en Irlande (1845-1851).

 

Elle y gagne en popularité à partir des années 1920,et c'est sur le nouveau continent qu'apparaissent les lanternes Jack-o'-lanterns,confectionnées à partir de citrouilles,d'origine locale,en remplacement des rutabagas utilisés en Europe.

 

La fête d'Halloween est principalement célébrée aujourd'hui

en Irlande,en Grande-bretagne,aux Etats-Unis,au Canada,

également en Australie,en Nouvelle-Zélande et dans plusieurs pays d'Europe dont la France.

 

Sa légende

 

Jack-o'-lantern est probablement le personnage de légende le plus populaire qui soit associé à l'Halloween.Il nous provient d'un vieux conte irlandais.Jack aurait été un avare,un person-

-nage ivrogne,méchant et égocentrique.

 

Un soir,alors qu'il se trouvait dans une taverne,le diable lui apparu et lui réclama son âme.Jack demande au diable de lui offrir à boire,un dernier verre avant de partir pour l'enfer.Le diable accepte et se transforme en pièce de six pence.Jack la saisit et la place immédiatement dans sa bourse.

 

Cette dernière ayant une serrure en forme de croix,le diable ne peut arriver à s'en échapper.Finalement,Jack accepta de libérer le diable,à condition que ce dernier lui accorde dix ans de plus à vivre.

 

Dix ans plus tard,Jack fit une autre farce au diable.le laissant en haut d'un arbre (sur lequel il avait gravé une croix grâce à son couteau) avec la promesse qu'il ne le poursuivrait plus.

Lorsque Jack meurt,l'entrée au paradis lui est refusée,et le diable refuse également de le laisser entrer en enfer.

 

Jack réussit néanmoins à convaincre le diable de lui donner un morceau de charbon ardent afin d'éclairer son chemin dans le noir.Il place le charbon dans un navet creusé en guise de

 

lanterne et est condamné à errer sans but,jusqu'au jour du jugement dernier.Il est alors nommé Jack of the lantern (Jack

à la lanterne).Il réapparait chaque année,le jour de sa mort,

à Halloween.

 

 

 

Historique du gui

 

Les grecs associaient le gui à Hermès,grand messager de l'Olympe.Du temps des gaulois,les druides allaient en forêt

pour couper le gui sacré,le sixième jour de l'année celtique.

Ils coupaient le gui en s'exclamant : " O Ghel an heu",ce qui signifie en français littéralement "Que le blé germe".

 

Cette expression sera modernisée au moyen-age.Puis en Bretagne,au XIXème siècle,les enfants allaient frapper aux portes des maisons bourgeoises en criant "le blé germe",et ils recevaient des étrennes.

 

À cette époque,les druides considéraient cette plante comme sacrée en raison des vertus médicinales,ou même miraculeuses qu'ils lui attribuaient.

 

Le gui était un talisman qui chassait les mauvais esprits,

purifiait les âmes,guérissait les corps,neutralisait les poisons,

assurait la fécondité des troupeaux,permettait même

de voir les fantômes et de les faire parler.

 

C'était le gui cueilli sur le chêne-chose rare-qui était recherché.

Le chêne était l'arbre du soleil qui symbolisait la force et également la puissance.Le gui était l'arbuste de la lune.

 

 

Ses traditions

 

En Europe du nord ( y compris en France ),il est d'usage de s'embrasser sous une branche de gui,symbole de prospérité

et de longue vie,au moment des fêtes de Noel et du jour de l'An

( à minuit précisément ).

 

La saison voulant que le gui abonde,on en cueillit dès le moyen

-age pour l'offrir avec ce souhait "Au gui l'an neuf",formule qui

fût remplacée plus tard par " bon an,mal an,Dieu soit céans" (soit dans la maison).

 

Au XIXème siècle,on disait : "Bonne et sainte année,le paradis

à la fin de vos jours",expression modernisée au XXème siècle

en " Bonne et heureuse année".

 

En Amérique du nord,on décore à la période de Noel avec des feuilles de Phoradendron Flayenscens.La tradition veut que deux personnes se retrouvant dessous doivent s'embrasser.

 

Historique de la galette des rois

 

Jadis,l'usage voulait que l'on partage la galette en autant de parts que de convives,plus une.Cette dernière,appelée " part

du Bon Dieu","part de la Vierge",ou "part du pauvre",était destinée au premier pauvre qui se présenterait au logis.

 

Au moyen-age,les grands nommaient quelquefois le roi du festin,dont on s'amusait pendant le repas.

 

On tirait les rois même à la table de Louis XIV.Suivant un usage qui s'observe encore dans quelques provinces,on réservait pour la Vierge une part qu'on distribuait ensuite aux pauvres.Louis XIV conserva toujours l'usage du gâteau des rois.

 

Ce n'est qu'au XVIIème siècle,qu'apparut la galette proprement dite ( pâte feuilletée plus crème frangipane ).Anne d'Autriche

et son jeune fils Louis XIV en partagèrent une la veille de l'Epi-

phanie en 1650.

 

En 1711,le parlement délibéra à cause de la famine,de le pros-

crire afin que la farine,trop rare,soit uniquement employée à faire du pain.

 

Quand vint la révolution,le nom même de "gâteau des rois" fût un danger et Manuel,du haut de la tribune de la convention,

tenta sans succès d'obtenir l'interdiction du gâteau des rois.

 

Mais la galette triompha du tribun.Peu après,un arrêté de la commune ayant changé le jour des rois en "jour des sans culottes",le gâteau n'eut plus sa raison d'être.

 

Mais cette disparition ne fût que momentannée,car il reparût bientôt sur toutes les tables familiales dès que la conjoncture

le permit.

 

De nos jours,le gâteau des rois est passé,avec les émigrants français,dans le nouveau monde.Par exemple,il est de coutume de le consommer en Nouvelle-Zélande,lors du Mardi Gras.

 

On trouve également des coutumes similaires suivant les pays et les régions,et qui utilisent d'autres recettes de patisserie.

 

Aujourd'hui,plus de 80% des galettes des rois vendues à Paris sont des produits industriels que les commeçants ( boulanger/

patissier,terminaux de cuisson,grande distribution ) se contentent de cuire.

 

 

Son origine

 

Lors des Saturnales (fêtes romaines se déroulant entre fin décembre et début Janvier),les Romains désignaient un esclave comme "roi du jour".Les Saturnales étaient en effet une fête d'inversion des rôles afin de déjouer les jours néfastes de Saturne,divinité chtonienne.

 

Au cours du banquet,au sein de chaque grande familia,les Romains utilisaient la fève d'un gâteau comme "bulletin de vote" pour élire le "Saturnalicius princeps" ( maitre des Saturnales ou roi du désordre ).

 

Cela permettait de resserrer les affections domestiques et donnait au "roi d'un jour",le pouvoir d'exaucer tous ses désirs pendant la journée (comme donner des ordres à son maitre),

avant d'être mis à mort,ou plus probablement de retourner à

sa vie servile à l'issue de celle-ci.

 

Pour assurer une distribution aléatoire des parts de galette,

il était de coutume que le plus jeune se place sous la table,et nomme le bénéficiaire de la part qui était désignée par la personne chargée du service. (d'où l'usage toujours vivant de "tirer les rois").

 

C'est cet usage qui est passé jusqu'à nous.On en retrouve la trace non seulement dans le rituel de la galette des Rois,mais aussi dans la fête des fous médiévale et des " rois et reines "

des carnavals actuels.

 

 

Historique des cartes de voeux

 

C'est au 17ème siècle que l'usage de la carte de voeux s'est réellement démocratisé en Extrême-Orient.Avant cette époque,

il était traditionnel de se déplacer en personne pour souhaiter

la bonne année.

 

En réalité,dans un premier temps,il s'agissait d'un messager qui allait présenter les voeux pour vous,celui-ci fut au fil du temps remplacé par la carte de voeux.

 

En Europe,le berceau de cette pratique traditionnelle nacquit en Grande Bretagne,plus précisément en Angleterre,en 1840.

avec l'apparition du premier timbre poste qui facilita grande-

ment l'envoi de courrier.

 

Peu après,la découverte du procédé de lithographie popularisa l'envoi des cartes de Noêl,et elles servirent à l'occasion à envoyer ses voeux pour la nouvelle année.

 

En France,il existait une coutume ancestrale aujourd'hui oubliée,et dont ne subsiste que la tradition des étrennes.C'était les visites du Nouvel An.De façon tout à fait rituelle et forma-

lisée,on rendait visite,dans les quinze jours qui suivaient le 1er

 

Janvier,à son entourage proche,famille et amis,mais aussi à

ses collègues de travail,à son patron,et même à des familles pauvres ou des malades dont on avait à coeur d'embellir ces jours festifspar des dons ou des marques d'amitié.

 

Au début du XXème siècle,perdurait également la coutume ancestrale de l'envoi de lettres au moment de la nouvelle année.

 

On profitait en effet du prétexte des voeux à souhaiter pour renouer des amitiés distendues ou se rappeler au bon souvenir

 

de connaissances qui se trouvaient éloignées les unes des autres géographiquement.

 

La carte de voeux telle que nous la connaissons aujourd'hui,

c'est-à-dire illustrée et comportant une mention de souhaits,

devint peu à peu la meilleure alliée de ces deux pratiques.

 

Vers les années 30,l'usage se perdit d'utiliser une carte de visite ou un papier à lettres pour écrire ses voeux,et la carte de voeux modernisa toutes les traditions pour se répandre massivement jusqu'à nos jours.

 

Historique de la Saint-valentin

 

 

De nos jours,beaucoup d'entre nous  ont tendance à voir la Saint-Valentin comme une fête annuelle bassement commer-

ciale,inventée de toutes pièces par des fleuristes en mal de bénéfices.Mais comme vous allez pouvoir le constater,la réalité est toute autre...

 

Il est essentiel de noter que l'histoire de la Saint-valentin est aussi ancienne que celle du Père Noêl et encore plus méconnue.

Une fois de plus,l'origine de cette histoire commence à Rome,

au IIIème siècle de notre ère.

 

Chaque 15 février,les romains fêtaient les Lupercales,en l'honneur du dieu Faunus.Il se trouve que Saint-valentin,de son vrai nom Valentin de Terni,était un moine qui vécut à Rome au cours du IIIème siècle après Jésus-Christ (à noter qu'il était évêque selon certaines sources).

 

Cet homme de foi était réputé pour marier des couples selon les rites de l'église,et venait en aide aux chrétiens qui étaient persécutés.

 

L'empereur Claude II Le Gothique ayant appris les agissements de Valentin décida alors d'emprisonner ce dernier.Dans sa cellule,le moine rencontra Julia,fille de son géôlier.

 

La jeune femme,aveugle de naissance,entretint alors des relations amicales avec le captif.Puis un jour,Julia retrouva

la vue,pendant qu'elle s'entretenait avec Valentin.

 

Suite à ce miracle,il fût immédiatement présenté devant l'empereur.Claude II,impitoyable,ordonna la mise à mort du prisonnier.Le 14 Février 269 après Jésus-Christ,Valentin fût tout d'abord roué de coups par les légionnaires,puis,refusant

de mourir,fût finalement décapité.

 

Ce n'est qu'en 494,que le Pape Gélase Ier décida d'interdire la fête paienne des Lupercales,fêtée le 15 Février.Il préfèra alors lui substituer la fête de la Saint-Valentin,célébrée le 14 Février (date officielle du décès de Valentin).

 

Toutefois,certains historiens considèrent que la Saint-Valentin ne nacquit pas au cours du Vème siècle ,mais quelques siècles plus tard,à celui du Moyen âge.

 

Cette tragique histoire nous rapporte donc que la Saint-valentin n'est pas une invention moderne.

 

Aujourd'hui,les fleuriste et autres maitres chocolatiers n'ont fait que profiter d'un évènement issu d'une tradition très ancienne,remontant aux premiers siècles de notre ère.

Historique du Vendredi 13

 

C'est dans le récit biblique de la création du monde,le Vendredi,

veille de Chabbat,est le sixième jour ( c'est ce jour qu'Adam puis

Eve furent crées,puis qu'ils ont croqué dans le fruit interdit ).

Le 13ème jour est donc également un Vendredi.

 

Dans la religion chrétienne,la Cène (le dernier repas du Christ),

se serait tenu la veille d'un Vendredi 13,elle comportait 13 membres,dont Judas,l'apôtre qui trahit le Christ (la 13ème personne).

 

Dans cette légende,le nombre treize est associé au malheur qui mènera le Christ au martyre et Judas au suicide.c'est un Vendredi 13 Nissan,précèdant le Dimanche de la Résurrection,

 

que selon l'évangile attribué à Jean et les sources hébraïques,

a été crucifié Jésus de Nazareth.Toutefois pour les évangiles synoptiques,Jésus est crucifié un Vendredi 14 Nissan,premier

jour de la fête de Pessah ( la Pâques juive).

 

Au fil des siècles,l'Histoire nous rapporte de nombreux faits marquants ou évènements boulversants s'étant produit un Vendredi 13.

 

Son origine

 

L'origine de la superstition pourrait venir d'une légende nordique.Vendredi était le nom de Frigga,la déesse de l'amour et de la fertilité.Lorsque les tribus nordiques et germaniques se convertissent au christianisme,Frigga est bannie,envoyée au sommet d'une montagne et considérée comme une sorcière.

 

Depuis,chaque Vendredi,la déesse pleine de rancune convo-querait douze sorcières et un diable ( ils seraient donc treize) pour comploter de mauvais tours à jouer au cours de la

 

semaine suivante.Reste que,dans l'antiquitéle Vendredi était

un jour consacré à la déesse de l'amour,qu'elle s'appelle Aphrodite,Vénus ou Frigga.

 

Ce jour était donc considéré comme le plus gai de la semaine.

Par ailleurs,aujourd'hui encore,le Vendredi semble être un jour de chance pour certains peuples et communautés religieuses.

 

La phobie du Vendredi 13 s'appelle la paraskevidékatriaphobie.

Une superstition fait de cette date,dans certaines cultures,un jour de malheur ou au contraire un jour de chance.

 

De nos jours,cette superstition est notamment exploitée par les sociétés de jeux d'argent,dont les jeux de type loteries proposent des gains plus élevés lors de chaque Vendredi 13.

Historique du muguet du 1er Mai

 

L'histoire de la tradition du muguet est très ancienne puisqu'elle remonte à la renaissance.Charles IX en ayant offert autour de lui en 1561 comme porte-bonheur.En France,dès 1793,le calendrier républicain de Fabre d'Eglantine propose une fête du travail au 3ème jour des sans-culottes,

 

tandis qu'il associe le muguet au jour républicain le 26 avril

et non le 1er Mai,rompant ainsi avec cette tradition royale.

Puis cette tradition se perd jusqu'au 1er Mai 1895.Ce n'est qu'au début du XXème siècle qu'il sera associé à la Fête du Travail,

qui date elle-même de 1889.

 

En fait,sous Pétain,la Fête des Travailleurs devient la Fête du Travail et l'églantine rouge associée à cette époque à la gauche,

est remplacée par le muguet.La vente du muguet dans les rues de Nantes commença peu àprès 1932,avec l'instauration de la fête du lait de mai par Aimé Delrue.

 

Elle se répandit ensuite à toute la France aux environs de 1936 avec l'avènement des congés payés.La tradition de pouvoir vendre le muguet sur la voie publique remonte au temps de Claude-François de Payan,ami de Robespierre.

 

Chaque année,plus de 60 millions de brins de muguet,rien que dans la région nantaise sont produits,ce qui représente 80% de la production nationale.En France,il existe une tradition selon laquelle un brin de muguet à 13 clochettes porterait bonheur.

 

Sa légende

 

Jadis,il était considéré comme une plante magique.Fleurissant à la venue du Printemps,il a donc été depuis longtemps une plante idéale pour célébrer la nouvelle saison,les beaux jours qui reviennent et pour attirer les bonnes grâces de futures bonnes récoltes.

 

La légende grecque veut que le muguet fut crée par Apollon,

dieu du Mont Parnasse,pour en tapisser le sol,afin que ses neuf muses ne s'abîment pas les pieds.Les romains célèbraient au début du mois de Mai "les Florales"en l'honneur de Flora,la déesse des fleurs.

 

Le brin de muguet,porte-bonheur a souvent été associé à la Madone,les larmes versées par la Vierge Marie au pied de la croix auraient donné naissance aux fleurs de muguet en formes de clochettes blanches.Toutefois,ses baies rouges contiennent un puissant poison.

 

Une autre légende nous dit que la déesse mère nordique,

célébrée à l'équinoxe de Printemps,était associée au muguet.

Des "mâts de Mai "ou bien des "arbres de Mai" étaient parfois utilisés dans le cadre des festivités Beltaines.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
Copyright © Patrick Marinier 2012-2018