Pmarinier.com website reputation

Pays

Google+

LA GALERIE VERTICALE

sélection Photo-Art et Musique 1. Coucher de soleil
Sélection Photo-Art et Musique 2. Reflets sur l'eau
Sélection Photo-Art et Musique 3. Petit port
Sélection Photo-Art et Musique 4. Fleurs
Sélection Photo-Art et Musique 5. Papillon
Sélection Photo-Art et Musique 6. Automne
Sélection Photo-Art et Musique 7. Crique
Sélection Photo-Art et Musique 8. Poisson tropical
Sélection Photo-Art et Musique 9. Mer
Sélection Photo-Art et Musique 10. Stonehenge
Médaillon nature 1
Médaillon nature 2
Médaillon nature 3
Médaillon nature 4
Médaillon nature 5
Médaillon nature 6
Médaillon nature 7
Médaillon nature 8
Médaillon nature 9
Médaillon nature 10

HISTOIRES DU MONDE DE LA MUSIQUE MODERNE

Cette nouvelle page vous racontera dans quelles conditions réelles onr été crées ou enregistrés les albums les plus mar-

quants d'artistes de renom.

 

En général,lorsque nous écoutons de la musique,nous ne savons rien de la manière dont les artistes travaillent et produisent leurs disques,ni comment,ni même pourquoi.

Nous ne faisons que la consommer sans se poser la moindre question.

 

Mais il peut être intéressant de savoir ou de découvrir que parfois le chemin qui mène au succès d'un album est long et semé d'obstacles à franchir.Cette page éclaircira donc cette zone obscure qui sera ponctuée de faits,d'histoires et d'anecdotes.

 

Pour commencer cette lecture,je vous relaterai celle concernant l'album"KIND OF BLUE"sorti en 1959 de Miles Davis.Toutes ces informations sont extraites de l'édition française " Les 1001 Albums qu'il faut avoir écouter dans sa vie",dirigé par Robert Dimery et préfacé par Michka Assayas.

 

1) L'ALBUM KIND OF BLUE (Miles Davis) 1959

" Je ne prête aucune attention à ce que les critiques racontent

à mon sujet,de bon ou de mauvais.Je suis mon critique le plus dur...et je suis trop vaniteux pour jouer quelque chose que je juge mauvais".

 

MILES DAVIS 1962

 

Parfois le battage médiatique autour d'un album devient étouffant.Des adjectifs plus ou moins facile tels que "classique,"novateur",et "marquant",sont souvent évidemment trop paresseusement lancés,et vous font perdre de vue la véritable valeur du matériel d'origine.

 

Point ne fut le cas pour cet album,qui représente pourtant un moment déterminant dans la musique du 20è siècle,tout simplement.Depuis 1955,Davis a joué avec Coltrane,le saxo-

phoniste,et au cours des années suivantes,le groupe de Miles Davis affine son style avant d'arriver à KIND OF BLUE.

 

Enregistré dans un studio de la Columbia à New York,dans la 30ème rue,les cinq morceaux sont mis en boite en neuf heures de deux séances,rapidité d'autant plus étonnante que c'est la première fois que le groupe les découvre.

 

Il s'agit là d'un stratagème que Miles utilise souvent,car il pense que les musiciens se concentrent plus ainsi.Aprés une brève préparation,il réussi à amener ses musiciens à faire preuve d'une éclatante spontaneité.Le fait que seules six prises sont nécessaires pour enregistrer cinq morceaux reflète la rigueur du groupe.

 

Seul un morceau a du être répété.Cet album est couvert de louanges dès sa sortie.Mais même Miles Davis n'est pas sans défaut.Trois morceaux ont été enregistrés dans la mauvaise clé (ce qui sera corrigé dès les sorties suivantes).

 

2) L'ALBUM JOAN BAEZ ( JOAN BAEZ ) 1960

" Mon attachement au changement social continuera jusqu'à la tombe."

 

JOAN BAEZ 1963

 

Après avoir joué dans les cafés de Boston à la fin des années 50,Joan Baez perce pour la première fois au festival folk de Newport,durant lequel cette jolie fille à la voix angélique époustoufle le public.Et malgré l'absence apparente de prises

de position engagées qui la caractériseront plus tard,la politique est pourtant déjà présente dans ses chansons.

 

En effet,Joan Baez choisit de signer son contrat avec une petite maison de disque s'appelant"Vanguard",parce que cette dernière n'a pas hésité à sortir un album folk des Weavers,alors que de nombreux membres du groupe étaient accusés d'être

 

communistes.Cette décision est payante à la fois pour Vanguard et pour Joan Baez - son premier album éponyme reste sans nul doute l'un des albums-solo folk féminin les plus vendus de tous les temps.

 

C'est aussi le premier de ses six disques d'or ( succès qui est d'autant plus impressionnant qu'à cette époque les 45 tours règnent sur tous les hit-parades ).

 

Elle sortira dix sept disques avec Vanguard ,et même si elle sera célèbre plus tard comme la "Reine,compagne de Bob Dylan,le "Roi de la folk"( elle lui inspirait le plus grand respect)son nom ne sera lié à ce dernier qu'à partir de son troisième album,ou à ce moment elle présentera pour la première fois des chansons contemporaines.

 

Le premier album de cette artiste de 20 ans est composé entièrement de chansons traditionnelles,dont plusieurs ballades anglaises et américaines,qui mettent en valeur sa

voix claire et vibrante.Si son rôle à la tête du mouvement de contestation est à venir,sa force,son courage et sa compassion sont évidents sur cette première sortie qui revitalisera la musique folk pour une nouvelle génération.

 

3) L'ALBUM OTIS BLUE : OTIS REDDING SINGS SOUL (1965)

 

Le monde de la musique a produit sa part de tricheurs,de vauriens et les a souvent vu prospérer à un degré qui n'avait rien à voir avec leur vraie valeur,ce qui rend la tragédie qu'a

été la courte vie d'Otis Redding encore plus triste.Moins de

trois ans après l'album qui lui avait permis de percer,au mois

de Décembre 1967,l'avion d'Otis s'écrasait.

 

Le gospel coulait dans les veines de ce fils de pasteur.L'album "Otis Blue" comprend de la soul,du rythm and blues,et de la pop.Il a été enregistré à Memphis, avec une équipe de musiciens incluant les célèbres M.G.s.,sa musique est riche d'un bout à l'autre.

 

L'album est un mélange de morceaux originaux et de reprises-

dont deux de Sam Cooke,mentor de Redding,et pourtant,

l'intensité des émotions n'appartient qu'à Otis.Le titre "Respect" offre un Redding trèsr sûr de lui et incisif,tandis que "Down in the vallley" est tout aussi chaleureux que funky.

 

On retrouve aussi une reprise de "Satisfaction" des Rolling Stones-ironique peut-être si l'on considère que le groupe vendait de la soul noire aux Etats-Unis-qui selon certains,

dépasse encore de loin l'interprétation de Mick Jagger.

 

L'album met Otis Redding sur la voie du succès grand public,

dont l'apogée sera le festival de Monterrey de 1967 où il conquit un public blanc avec des morceaux tels que "Try a little tender-ness", qui se termine par ces mots cruellement fatidiques :

" I've got to go now,but i don't want to" ( je dois m'en aller maintenant,mais je n'en ai pas envie ).

 

4) L'ALBUM THE PIPER AT THE GATES OF DAWN (Pink Floyd) 1967

"Je ne pense pas qu'il soit facile de parler de moi.J'ai une tête très irrégulière".

 

SYD BARRETT 1971

 

Groupe habitué à l'UFO club dans le milieu des années 60,le groupe Pink Floyd lance une révolution musicale psychédélique à Londres,rivalisant avec celle des Grateful Dead à San Fran-

sisco.

 

Malgré un nom trompeur,volé à Pink Anderson et Floyd Council,chanteurs de blues, Pink Floyd n'est pas un groupe de hippies miteux s'inspirant de la musique noire,mais un groupe

 

d'étudiants en art et architecture habillés à la mode et à la recherche de leur propre style musical."The Piper at the gates

of dawn"atteint cet objectif avec un résultat envoûtant.

 

Le succès de l'album nait de l'excellent équilibre entre l'exploration sonore de leurs concerts,et une habileté à écrire les textes.Personne n'a jamais écrit de meilleurs singles psychédéliques que l'a fait Syd Barrett.

 

Cependant,le groupe va bientôt perdre celui-ci, dépressif,et gagner la guitare épique de David Gilmore.Roger Waters deviendra le moteur créateur,fasciné par les cycles de chansons conceptuels.

 

Pink Floyd atteindra dans sa carrière de nombreux et vertigineux sommets, notamment sur "Dark side of the moon"mais avec cet album ils réussissent à capturer parfaitement l'essence de l'univers psychédélique des années 60.

 

5) L'ALBUM THE BEATLES (alias l'album blanc) 1968

 

Les Beatles se séparent officiellement en 1970,mais le fab four avaient alors cessé d'être un groupe depuis des années.

Le processus débute dès l'album "Rubber soul".

 

Il s"accélère lorsque John,Paul,Georges et Ringo commencent à suivre leurs propres voies,à cause de nombreux désaccords,et notamment de Yoko Ono.Au milieu de toutes ces disputes,ils

 

produisent "The Beatles",un chef-d'oeuvre épique qui égale"Sgt Pepper",même si son succès artistique provient plus du talent personnel de chaque membre que de leur véritable collabora-

tion.

 

L'album démarre sur un rugissement  et un crissement de pneus d'avion,tandis que les Beatles modifient la formule des Beach Boys sur "Backin USSR.C'et un mélange de ballades acoustiques et de contes comiques.

 

Lennon et Mc Cartney,désormais co-auteur sur le papier seulement produisent certaines de leurs oeuvres les plus durables avec "Blackbird" et "Révolution",tandis que "Happiness is a warm gun"de Lennon est une mini-suite chantée.

 

Cependant,la chanson de Geoges Harrison "While my guitar gently weeps"se détache nettement du lot.Il en résulte un album aux multiples facettes qui c'est tout de même vendu à plus de deux millions d'exemplaires la première semaine rien qu'aux Etats-Unis.

 

6) L'ALBUM FROM ELVIS IN MEMPHIS (Elvis Presley) 1969

"C'est très difficile de se montrer à la hauteur de son image"

 

 ELVIS PRESLEY 1972

 

Dans les années 60,Elvis Presley a consacré la majeure partie de son temps à jouer dans des films de plus en plus mauvais.C'est durant l'annnée 1968 qu'il amorça son comme-back,grâce à

 

une émission de télé ou il se concentre sur les morceaux de Rhythm and Blues de sa tendre jeunesse.Très inspiré par cette expérience,Elvis se décide à retourner à Memphis,dans les studios d'América Sounds.

 

Cela fait 14 ans qu'il n'a pas enregistré à Memphis,mais il apprécie de retrouver l'humeur tranquille du sud-est et son ambiance chaleureuse.Le titre'In the ghetto",acquis spécia-

-lement pour Elvis,est le single qui a obtenu le plus de succès,

et qui lui a permis de renouer avec sa carrière retrouvée de chanteur.Avec "Suspicious Minds",

 

Elvis retrouvera la première place du hit-parade à la fin de l'année 1969.Une Amérique déséquilibrée par la guerre attend le retour de son idole.Les séances de cet album,enregistrées à Memphis,permettront à Elvis de retrouver sa place.

 

7) L'ALBUM LED ZEPPELIN ( LED ZEPPELIN ) 1969

"On est entré en studio et on a enregistré exactement ce qu'on était à ce moment-là."

 

JIMMY PAGE 1999

 

Dès le début,le style du plus célèbre et du plus influent des groupes de heavy-blues-folk-rock est tout à fait reconnaissable et unique.

 

S'emparant des riffs de pionniers comme les "Creams",et les

adaptant à un nouveau style de rock,Led Zeppelin a à la fois repoussé les limites de son premier album de 1969,et rendu hommage à ceux qui l'ont inspiré,que ce soit dans le folk,le blues ou le ryhtm and blues.

 

Deux titres de Willie Dixon sont repris et la guitare de Jimmy Page démontre une maîtrise totale des racines musicales du groupe."Dazed and confused" annonce déjà le futur du rock avec sa ligne de basse descendante.

 

Le style saturé de John Paul Jones,bassiste de son état extraor-dinaire sur "Good times,bad times",n'est égalé à l'époque que par le talent de John Entwhistle et peut-être aussi par celui de

 

Roger Glover,tandis que John Bonham,désormais légendaire,

rend les chansons encore plus ambitieuses avec son jeu de batterie frénétique contrôlé,mais libre.

 

Led Zeppelin est bien plus qu'un simple groupe.Les paroles fantaisistes, souvent naives "mais adorées",et le style vocal de Robert Plant qui a défini tout un style, seront peut-être mieux

 

mis en valeur sur les albums suivants.En 1969,les musiciens doivent encore vraiment trouver leur rythme.Mais cet enregistrement dynamique est un véritable objet de dévotion.

 

8) L'ALBUM ABRAXAS (SANTANA) 1970

"La musique est l'union de deux amants.La mélodie et le rythme.La mélodie,c'est la femme,et le rythme,c'est l'homme".

 

CARLOS SANTANA 1994.

 

Au cours de l'été 1970,Carlos Santana,alors âgé de 22 ans,a composé deux singles du top 40 sur un album multiplatine,

offert une interprétation sensationnelle devant la moitié de la planète à Woodstock,et gagné une foule grandissante et conquise de fans.

 

Aujourd'hui,on encourage ceux dont les premiers albums ont bien marché à continuer la même chose,mais Santana était issu de la scène Freak-rock de San Fransisco,ou les musiciens

 

faisaient du rock en se laissant naturellement guider par leur imagination.Ils peuvent être fiers de Santana et de son deuxième album qui dépasse le rock pour explorer jazz et salsa sur une rythmique latino.

 

Même s'ils sont le visage du groupe,Carlos et sa guitare impeccable ne sont que des composantes d'un ensemble incroyablement doué.On sent bien la présence de chacun d'entre eux sur ABRAXAS.

 

Gregg Rolle (clavier),Dave Brown (bassiste) et Mike Shrieve (batteur) ont posé les fondations de ce qui allait rapidement devenir l'une des sections ryhtmiques les plus performantes

et créatives de tous les temps,ouvrant la voie aux timbales et congas éxubérantes de Mike Carabello et José Aréas.

 

À la sortie de l'album,le magazine Rolling stone a suggéré que Santana " ferait pour la musique latine ce que Chuck Berry avait fait pour le blues.Lorsqu'il s'est retrouvé en tête des hit-parades,cette prédiction a soudain semblé quelque peu modeste.

 

9) L'ALBUM DEJÀ VU ( CROSBY,STILLS,NASH AND YOUNG ) 1970

"On croyait qu'on pouvait changer le monde"

 

GRAHAM NASH 2002

 

Pour leur deuxième disque,le trio formé par David Crosby(ex byrds),Stephen Stills (ex Bufallo Springfield),et Graham Nash (ex Hollies) font appel à Neil Young,alors ancien membre de Bufffalo Springfield,qui sort la même année le disque "After the goldrush",l'un de ses albums les plus appréciés.

 

Déja vu nécessite plus de 800 heures d'enregistrement,dans des circonstances décourageantes.Christine Hinton,la petite amie de Crosby,vient de mourir dans un accident de voiture au mois de Septembre 1969.

 

Accablé,ce dernier se réfugie éperdument dans la drogue et l'alcool et ce même durant l'enregistrement.Les quatre musi-

ciens se disputent et Nash doit endosser le rôle de pacificateur.

Ils arrivent pourtant à créer un chef-d'oeuvre qui incarne l'essence de la culture américaine au début des années 70.

 

Le titre "Carrry on" est une beauté à la forme changeante dont les harmonies touchent profondément.' Our house et "Teach your children" démontrent le talent de Nash pour les mélodies simples et accrocheuses.

 

."Almost cut my hair' nous montre un Crosby contestataire

dont le chant rauque se situe aux antipodes de ses harmonies habituelles."Helpless",titre majestueux et dépouillé,incarne la réaction de Neil Young devant les vastes espaces de son Canada natal,tandis que "Country girl" est un titre époustouflant aux arrangements ambitieux.

 

Avec son chant brillant et hors-pair,son dynamisme de talent et ses paroles excellentes,cet album a littéralement été catapulté à la 1ère place aux Etats-Unis.

 

10) L'ALBUM WHAT'S GOING ON (MARVIN GAYE ) 1971

" Nous devons nous tourner vers le seigneur...Quelles autres armes avons-nous pour combattre les forces de la haine et du mal ?."

 

MARVIN GAYE 1971

 

Comment être sexy et sourire,quand on porte tout le poids du monde sur ses épaules ? Transformer la tragédie en triomphe ? Et en profiter pour révolutionner la musique soul en même temps ?...

 

C'est simple,il suffit de devoir s'appeler Marvin Gaye.Dévasté par la mort de Tami Terrell,avec qui il chantait de plus en plus sous l'empire et l'emprise de la drogue, désirant désespérément repousser les limites du style musical pour lequel il était célèbre--des chansons de soul courtes et surtout mélodieuses--,

 

Marvin Gaye a été sauvé par son humour et surtout par son talent unique et extraordinaire.Les deux scintillent sur un album,qui en d'autres mains,aurait facilement pu s'avérer casse-pied,ennuyeux et complaisant.

 

Cet album de Gaye est un flux et reflux constant,à l'optimisme ironique,mêlant soul,jazz et gospel.Mis à part Smokey Robinson

pour qui c'était sans doute le meilleur album de tous les temps,

la Motown ne voyait pas comment cette série de titres pouvait produire des tubes.

 

Certes,les sentiments exprimés ne correspondent pas à ceux des succès sirupeux de Gaye des années 60,mais aujourd'hui cela parait une évolution naturelle.

 

Trois singles au Top 10 et trente années de ventes soutenues prouvent que Marvin Gaye avait raison de menacer de ne plus rien enregistrer si ce disque ne sortait pas.Laisser vos oreilles décider,comme l'a écrit Gaye :"On n'a pas besoin de vous dire

si c'est génial ou quel morceau vous devriez aimer."

 

11) L'ALBUM IMAGINE ( JOHN LENNON ) 1971

" On crée son propre rêve.C'est toute l'histoire des Beatles,

n'est-ce pas ?"

 

JOHN LENNON 1980

 

Après les confessions existentielles de son album en solo " Plastic Ono Band",l'ex Beatles avait besoin d'une bouffée d'utopie,d'une pincée d'espoir.

 

Avec l'aide d'une équipe brillante et talentueuse (Georges Harrison,Klaus Vooman, Nicky Hopkins,Jim Keltner,Alan White,King Curtis,et les membres de Badfinger), l'abum

 

"Imagine" est devenu un énorme succès,en tête des hit-parades simultanément des deux côtés de l'Atlantique,juste au moment

ou Lennon et Yoko s'installent aux Etats-Unis.

 

Produit par Phil Spector,dans le studio d'enregistrement que Lennon a aménagé dans son manoir anglais,"Imagine nous offre ce qui a rendu immortelle la personalité la plus intére-

ssante des Beatles.Un hymne à la foi,en un monde meilleur,

et ce malgré une réalité des plus déprimantes.

 

On y trouve certaines des meilleurs chansons d'amour qu'un homme ait jamais écrites pour une femme,son cri du coeur politique ou sa célèbre diatribe contre Mc Cartney ( How do you sleep ?).

 

Certains titres rappellent son introspection passée,mais c'est le nouvel ancrage qu'apporte Yoko dans la vie de John,ainsi que

la production de Phil Spector qui font de cet album équilibré le meilleur de ses disques en solo.

 

C'est l'autoportrait d'un homme qui est à la fois sensible et agressif,anxieux et  intrépide,introspectif,mais ayant conscience des problèmes sociaux.

 

La chanson titre,d'une simplicité et d'une limpidité absolument époustouflante (sortie quatre ans plus tard au Royaume-Uni,ou elle prit la 1ère place) attirera à elle seule l'attention des géné-

rations à venir sur un chef-d'oeuvre immortel.

 

12) L'ALBUM TALKING BOOK (STEVIE WONDER) 1972

"Voici ma musique.C'est tout ce que je possède pour vous dire ce que je ressens."

 

STEVIE WONDER 1972

 

La photo inoubliable de Robert Mangouleff,ou l'on voit Stevie Wonder vêtu d'une djeballa africaine,accroupi dans la terre,

perdu dans ses pensées,évoque la vision solitaire de sa trilogie de chefs-d'oeuvre du début des années 70.

 

Mais la pochette ( avec un Stevie Wonder sans lunettes,fait inhabituel) suggère aussi que Talking book est une confession sur l'amour,ou la perte d'un amour (L'artiste vient juste de quitter sa compagne,la chanteuse Syreeta Wright,qui a écrit les paroles de deux chansons mélancoliques de l'album).

 

Le premier titre est un hymne enthousiaste au pouvoir rédempteur de l'amour,écrit de façon révélatrice,avant la brève période durant laquelle il ne sera plus lié par contrat à la Motown.Le remarquable riff de clavinet sur le titre flamboyant

 

"Superstition",que Stevie a repris à Jeff Beck,annonce sa nouvelle vision et perspective cynique sur l'amour libre,au son du meilleur funk qu'il ait jamais pproduit et composé.

 

L'album se conclut avec une note d'optimisme,montre un coeur brisé,mais une foi en l'amour encore intacte.Il écrira par la suite des chansons d'amour qui se classeront encore plus haut dans les hit-parades,mais jamais il n'offrira un traité plus personnel à la sagesse plus douloureuse que Talking Book.Ce recueil abrite le coeur de Stevie Wonder et nous parle vrai.

 

13) L'ALBUM MACHINE HEAD (DEEP PURPLE) 1972

 

En avril 1972,la guerre du Vietnam fait rage et Apollo 16 est sur la lune,Purple révèle alors son 7ème album,numéro 1 en Angleterre et au pinacle de ses prouesses rock.Composé en partie durant la tournée de l'été 1971,l'album "Machine Head a été enregistré en Suisse pour des raisons fiscales.

 

Durant leur séjour de trois semaines ,les membres de Deep Purple ont assistés à l'incendie d'un théâtre pendant un concert de Franck Zappa,qui a détruit leur studio et inspiré " Smoke on the water.".

 

Son riff célèbre,n'est que l"un des temps forts d'un album qui offre,selon Rolling stone,(l'impression d'écrasement soudain procuré par une attaque cardiaque.).Il a été enregistré dans les couloirs du Grand Hôtel,fermé au public,en utilisant le matériel des Rolling Stones."

 

Pour les enregistrements",se souvient le guitariste Ritchie Blackmore,je devais traverser des portes,descendre une échelle de secours,et enfin traverser une cour où il neigeait.HIghway star débute l'album avec une percussion violente et une fusillade de clés de guitares et de grondements féroces.

 

Le ryhtme ralentit sur "May be i'm a léo",et s'accélère sur le retentissant "Pictures of home",."Never before,funky,est suivi d'un magnifique trio musical.

 

Smoke on the water,où règne la guitare de Blackmore,puis "lazy",avec son orgue montant et son crescendo de percussion,

et enfin le final "Space truckin",à tombeau ouvert avec les hurlements de Ian Gillian.Le bassiste Roger Glover se souvient de cette époque comme d'un moment magique.Elle a aussi produit le meilleur album possible.

 

14) L'ALBUM CATCH A FIRE ( BOB MARLEY AND THE WAILERS ) 1973

" Je ne me considère pas jamaïquain.Je me vois comme un rasta qui est rasta.Donc,la Jamaique,c'est la Jamaique,moi,je suis rasta."

 

BOB MARLEY 1973

 

Fin 1971,un Bob Marley sur le pavé se présente dans les bureaux de Chris Blackwell à Londres,pour forcer la chance.

Flairant-là une occasion en or,Blackwell,natif de la Jamaique,

avance 6000 dollars à Marley et à son groupe,les Wailers,pour qu'ils puissent se rendre là-bas et y enregistrer un album.

 

Les bandes-mères reçues,il engage quelques musiciens de studio américains, enregistre une guitere de rock accrocheuse et des licks de claviers,les intègre au mixage et commande une pochette en forme de zippo.L'album reçoit des critiques dithyrambiques et lance le reggae sur la scène internationale.

 

C'est non seulement le premier disque de ce genre musical à percer sur le marché du rock,mais il s'agit aussi de la très bonne et de la très fructueuse collaboration-clé de Marley avec les autres fondateurs des Wailers,Peter tosh et Bunny Livingston.

 

Soutenu par la ligne de basse disciplinée et profonde d'Aston Barrett et par les levés impeccables de la guitare de Tosh,le trio démontre toute l'étendue de ses capacités vocales,diffusant son message militant sur de riches harmonies.

 

Cet album offre certains titres qui se désespèrent de la misère noire des ghettos urbains,d'autres une solution ou font une place à la romance comme "stirit up", délicieusement enlevé

 

avec sa ligne de basse pleine d'allant et ses solos de wah-wah sinueux ( grâce au remixage de Blackwell).Bob Marley est le chanteur principal,mais "Catch a fire" est une création commune,explosant d'énergie créative.

 

15. L'ALBUM THE DARK SIDE OF THE MOON ( PINK FLOYD ) 1973

"Nous avions toujours un objectif commun:devenir riche et célèbres."

 

ROGER WATERS 2003

 

L'album Dark side of the moon évoque une époque cynique ou Watergate et guerre du Vietnam sont en train de mettre fin à ce qu'il reste encore de l'esprit des années sixties.L'oeuvre de Pink

 

Floyd possède néanmoins des débuts pour le moins très terre à terre.Désireux de se défaire de ses chaines psychédéliques,le groupe s'est réuni dans la cuisine de Nick Mason (le batteur) pour établir une liste de ce qui le gêne.

 

Ces pressions-Le temps,l'argent,la folie,la mort-sont intégrées à des morceaux de rock vaguement funky comme ceux composés d'Obscured by clouds,puis joués en tournée pendant un an sous

 

le titre de  Eclipse (A piece for assorted lunatics).Un peu de poudre magique en studio-des chants de gospel,des solos explosifs,des effets sonores---et c'est devenu "Dark side of the moon".

 

Ayant vendu plus d'un million d'exemplaires aux Etats-Unis grâce aux seuls concerts du groupe,il est devenu interstellaire lorsque Capitol- la compagnie mère a fait un tube de "Money",

 

fait rare pour Pink Floyd.De nos jours,on trouve des rééditions anniversaires,et il a été repris par des joueurs de reggae et par Phish. Lorsqu'on déplie la pochette du vinyle,on découvre à l'intérieur un prisme qui reflète un rayon de lumière à l'infini.

 

Evoquant à la fois le super légendaire spectacle de lumière des Floyd et l'ambition illimitée de leurs textes,cela demeure l'une des images les plus fortes et emblématiques du rock.

 

Vu le poids de son héritage,on s'attendrait à ce qu'il soit plutôt ennuyeux.De fait,c'est une série de chansons réussies,mais éga-

lement brillantes,mélodieuses et entrainantes.Pour les néophy-

tes,c'est par là qu'il faut commencer.

 

16. L'ALBUM QUEEN II (QUEEN) 1974

"Nous sommes un groupe très onéreux;nous brisons de nombreuses règles...mon cher."

 

Freddie Mercury 1977

 

Queen II est le premier disque à succès du groupe en Angletterre,même s'il a permit au disque précédent de le rejoindre au hit-parade une semaine après y être entré lui-même.

 

Le premier album (éponyme) avait été enregistré aux moments ou Trident Studio,la compagnie avec laquelle Queen avait accepté de signer et où travaillait aussi le producteur Roy Baker,était déserte-soit de 10 heures à 13 heures,et au milieu

de la nuit.

 

Le résultat était si réussi que ce second album s'est vu allouer toutes les techniques musicales et de production  inimagina-

-bles,selon Baker.

 

C'est peut-être surprenant quand on connait la capacité de Queen à satisfaire toutes les foules des stades,grâce à ses hymnes chaleureux,mais cet album très personnel est assuré-

ment et remarquablement sombre. Les faces 1 et 2 sont respec-tivement qualifiées de "blanche" et "noire".

 

Queen y montre toute sa diversité avec des morceaux variés de rock,des ballades,et des incursions et des explorations dans le rock progressif à tendance mythologique.

 

Mais c'est "seven seas of rhye"qui a propulsé Queen dans les classements à des hauteurs stratosphériques.Selon Baker,

ce titre est devenu un tube du top 10 britannique,parce que le groupe l'a joué à Top of the pops,le programme musical télévisé le plus influent du pays à l'époque.

 

Selon Brian May,le guitariste,tout se passe dans les vingt premières secondes,après quoi on a presque entendu la chanson tout entière.Une sorte de grande descente en piqué

et le chant démarre ausssitôt après.Aux Etats-Unis,sans tube individuel,l'album a tout de même réussi à faire entrer le groupe dans le top 50.

 

17. L'ALBUM CRIME OF THE CENTURY ( SUPERTRAMP ) 1974

" Au départ,on ne l'avait envisagé que comme une série de chansons légèrement liées entre elles pour permettre une bonne écoute...Ce n'est pas comme Tommy."

 

RICK DAVIES 1986

 

Lorsque Supertramp se réunit pour enregistrer son troisième album,la fin était clairement proche.Tout le groupe avait démissionné après "Indelibly stamped" en 1971,obligeant Roger hodgson et Rick Davies à se ressaisir et à créer un véritable chef-d'oeuvre s'ils voulaient arriver à sauver leur contrat avec A&M.

 

C'était devenu un engagement particulièrement important après que Stanley Miesegaes,millionnaire hollandais qui leur avait servi de mécène eut aussi abandonné le navire,faisant une croix définitive sur les 90 000 dollars qu'il leur avait gentiment et gracieusement prêtés.

 

Supertramp,à ce moment manquait tellement d'argent qu'il avait même accepté de passer en première partie des concerts de Chuck Berry.

 

Heureusement pour lui," Crime of the century,fruit de cette immense séance d'écriture dans une ferme de Somerset de Novembre 1973 à Février 1974,a complètement changé la donne.

 

Ses chansons mélodieuses et parfaitement jouées,la parfaite clarté du son grâce à Ken Scott,et les myriades d'effets sonores forment un album que le magazine "Sound " compare à Génésis ( avec un soupçon de Pink Floyd ).

 

Le succès de l'intense 'Dreamer" ou les claviers omniprésents sont maîtres propulse Supertramp à la première place du hit-

parade en Angleterre.

 

Supertramp a assez devancé le mouvement punk pour pouvoir faire carrière même si après la New-Wave,celle-ci se dévelo-

-ppera largement,surtout à l'étranger.L'album "Crime of the century,)la base de tout cela,constituera l'épine dorsale des concerts du groupe pendant de nombreuses années.

 

18. L'ALBUM THAT'S THE WAY OF THE WORLD

( EARTH,WIND AND FIRE) 1975

"Je pensais que notre musique devait représenter plus qu'une simple mélodie sur laquelle on danse."

 

MAURICE WHITE 1976

 

Peu de personnes se souviennent du film réalisé par Sig Shore,

" That's the way of the world".Il raconte l'histoire d'un produc-

-teur de disques écartelé entre son désir de promouvoir un nouveau groupe et les ordres qu'il reçoit de se cantonner à un commercialisme terne.

 

Bien que le rôle ait été tenu par Harvey Keitel,le film fût un cuisant échec, contrairement à sa bande-annonce qui à elle seule,a fini par propulser Earth,Wind and Fire en tête du hit-parade américain.Malgré leur rôle dans le film,ces musi-

ciens ne sont pas des novices en la matière.

 

La bande-son du film est leur sixième album.Leurs concerts,

montrent qu'ils ne manquent certainement pas de confiance en eux,et c'est depuis"Shining star",au rythme irrésistible,jusqu'à "see the light",cette assurance est mise en avant par leur

 

alliance de soul,de disco,de funk et de musique latino,emmenée par la basse de Verdine White et dominée par les cuivres purs et scintillants,et les somptueux  arrangements vocaux du leader Maurice White.

 

Quand aux textes,ils sont le plus souvent assez superficiels,

mais la joie avec laquelle Phillip Bailey les chante est difficile

à critiquer et à dénigrer.Plusieurs albums fantastiques d'une carrière brillante et une demi-douzaine d'énormes tubes suivront,dont le fameux Boogie wonderland,After the love has gone et Fantasy.

19. L'ALBUM STATION TO STATION ( DAVID BOWIE ) 1976

 

En 1976,la vie personnelle de David Bowie est sans dessus-dessous.Son mariage avec Angie est un échec,et il tente de se défaire de sa dépendance à la drogue et à l'alcool. De plus en plus paranoiaque,il est obsédé par les ovnis,l'occultisme et Adolph Hitler.

 

Il commence alors à travailler sur un album de titres provisoires "Thin white duke",un disque de soul sans âme,avec les guita-ristes Carlos Alomar,Earl Slick ainsi que le batteur Dennis Davies.

 

La chanson-titre retrace un récit inspiré,épique et maussade sur la paranoia née de la cocaine,influencé par l'intérêt que Bowie porte à l'avant-garde allemande."Golden years",single

à succès,disperse cette intensité paralysante avec son habile guitare funk et son groove léger.

 

Le thème de la paranoia domine à lui seul les titres de l'album,

exploré d'une voix froide et clinique.Celui-ci pourtant se voit n'être q'une transition artistique,mais aussi personnelle,

 

délaissant la soul synthétique pour s'orienter alors vers le minimalisme électronique,poussant Bowie à s'occuper enfin

de ses problèmes de dépendance avant de s'installer à Berlin.

 

Ayant inspiré la scène post-punk britannique comme les nouveaux romantiques, l'album "Station to station est l'une

des oeuvres les plus accomplies et les plus mémorables de David Bowie.

 

 

20. L'ALBUM HOTEL CALIFORNIA ( THE EAGLES ) 1976

" Si on le laissait faire,l'homme finirait par détruire le paradis,parce qu'il a déjà détruit tous les paradis terrestres."

 

Don Henley 1976

 

L'album Hotel california décrit l'épuisement psychologique de la côte Ouest,après la transformation du mouvement Peace and Love,en hédonisme cynique,illustrant une époque décadente.

L'album se vend à plus de seize millions d'exemplaires.

 

Ce disque est l'oeuvre mature d'un groupe dont les réflexions sur le coût des excès sont nées dans la difficulté,après cinq années de succès et de tournées.

 

Comme le dit l'un des membres fondateurs Glenn Frey : "l'album explore les dessous du succès,le côté sombre du paradis. Mêlant voyage en voiture et ballade meurtrière, le

 

tempo cadencé et les motifs de guitare cinglants de la chanson-

titre évoquent un lieu où le diable rôde derrière des palmiers en pot et les sourires accueillants.

 

L'incendiaire duel de guitare entre Joe Walsh et Don Felder est l'un des plus mémorables de l'histoire du rock.Hotel california représente en de nombreux points tout ce que le punk allait détruire.Une production à la perfection lisse,des solos de guitare harmonisés et des "thèmes".

 

Mais comme de nombreux styles musicaux dans leur dernière floraison,le country-rock de la côte Ouest atteint un raffinement dans "Hotel californie", une maîtrise qui depuis,n'a jamais été égalé.

 

 

21. L'ALBUM ARRIVAL ( ABBA ) 1976

" La pop d'aujourd'hui est un phénomène très fugitif:ici aujourd'hui,oublié demain."

 

Bjorn Ulvaeus 2004

 

En 1976,Abba réussit à échapper au manque de crédibilité qui frappe souvent tous les gagnants de l'Eurovision.De plus,une série de tubes prouve qu'il possède les moyens de continuer sa conquête musicale de l'Europe et de se lancer à l'assaut du marché americain.

 

Arrival est son quatrième album à sortir au Royaume-Uni,le second de huit disques qui arriveront consécutivement en tête du hit-parade.Son plus gros succès,ici est le joyeux Dancing queen,n°1 en Angleterre comme aux Etats-Unis.

 

Les quatres membres du seul groupe pop à avoir été invité au gala du mariage du roi Carl Gustav de Suède,chantent cette chanson à cette occasion,bien qu'elle n'ait pas été composée spécifiquement pour ce mariage royal.Presque trente ans plus tard,elle est devenue un hymne gay.

 

Plusieurs tubes figurent sur cet album,et une chanson instrumentale aux sonorités très celtes sera même repris par Mike Oldfield sur son album Tubular bells.L'album Arrival,sorti en 1976 est l'aboutissement de titres tous respectables,pour des gagnants de l'Eurovision.

 

 

22. L'ALBUM THE STRANGER ( BILLY JOEL ) 1977

" Les gens ont tendance à me définir par rapport à mes succès et n'apprécient peut-être pas les éléments qui composent ma personalité ."

 

BILLY JOEL 1987

 

The stanger est le troisième album de Billy Joel alors agé de 28 ans et qui commence à peine à vivre de sa musique.Il joue dans les pianos-bars de New-York durant ses années de lycée afin de compléter les revenus de sa mère célibataire.Tandis qu'il fait déjà les gros titres avec Streetlife Serenade en 1974.

 

The Stranger est le premier de ses albums à figurer à la première place des charts et le plus vendeur de la Columbia jusqu'en 1985.Il lui offre ainsi sa plus grosse tournée jusque-là :

 

cinquante quatre concerts aux Etats-Unis et en Europe à l'Automne 1977.Cet album contenant neuf titres comprend quatres singles dont : Just the way you are ,qui procure à Billy Joel ses deux premiers grammys en 1979.

 

Tandis que les textes sont poétiques et intelligents,l'album possède un atttrait juvénile et le talent de conteur de Joel est particulièrement poignant sur le stupéfiant " Scenes from an italian restaurant."

 

Variée sur le plan musical,l'écriture dynamique de Billy Joel prend encore plus d'ampleur dans la chanson-titre grâce à une douce introduction au piano avant l'avalanche de guitares électriques qui intervient à mi-parcours,et sa conclusion au son obsédant du sifflet incroyable (vingt quatre musiciens interviennent sur l'enregistrement).

 

L'album possède résolument un ton raisonnablement chaleureux,mais son exécution s'en retrouve être légèrement spectrale,impression que renforce la photo noir et blanc de la pochette qui représente Billy Joel pieds nus et en costume,assis sur un lit,en train d'examiner un masque alors qu'une paire de gants de boxe pend au mur derrière lui.

 

23. L'ALBUM DIRE STRAITS (DIRE STRAITS) 1978

" Dès le départ,Dire Straits représentait le cas classique du mauvais moment au mauvais endroit".

 

CHARLIE GILLET 1996

 

Dire Straits,et en particulier son chanteur-guitariste et compositeur principal Mark Knopfler,ancien journaliste et instituteur,n'a rien de punk.La sortie de cet album en 1978,

alors que la musique punk et la New wave dominent les médias et les hit-parades anglais est donc pour le moins courageuse.

 

S'inspirant de groupes américains aux influences blues comme ceui de J.J.Cale,plutôt que des sex Pistols,les quatre musiciens (Markknopfler,son frère David à la guitare rythmique,John

 

Issley à la basse,et Pick Withers,batteur gallois,passent inaper-

çus au début ( à l'exception de charlie Gillet,animateur de radio de Londres qui les fait passer "à l'antenne).

 

Quand leur premier single "Sultan of swing" sort en Angleterre au début de l'année 1978,il ne fair pas grande impression.

Ce n'est que lorsque Warner bros,chez qui le groupe signe aux

 

Etats-unis,fait entrer au top 5 américain cette chanson,que le Royaume-uni se rend enfin compte de son erreur.Le reste de l'album offre d'autres exemples du talent de conteur de Mark Knopfler et de son impressionnant jeu de guitare.

 

L'album sort finalement en Angleterre six mois après le single,

figure au top 5,devient double platine aux Etats-Unis,et entre

au top 3.Après des débuts hésitants,Dire Straits va devenir le groupe le plus célèbre au monde dans les années 80.

 

 

24. L'ALBUM DARKNESS ON THE EDGE OF TOWN (BRUCE SPRINGSTEEN) 1978

 

C'est grâce à un litige juridique l'opposant à son ancien manager Mike Appel,que Springsteen a pu profiter pendant trois ans du succès de son précédent album"Born to run" et songer à ce qui allait suivre.L'album qui en résulte,"Darkness on the edge of town" diffère totalement de son prédécesseur.

 

Comme Bob Dylan avant lui,Springsteen se retire du monde pour se réfugier dans une ferme du New-Jersey,afin de se concentrer "sur la vie des petites villes"dans lesquelles il ai grandi,avec leurs limites étroites.Il veut écrire au sujet du stress que vivaient son père et sa mère,à cause de leurs difficultés à joindre les deux bouts.

 

Cet album devait s'intituler au départ Américan madness,en hommage à un film de Capra sur la Grande Dépression.Les thèmes de l'album comprennent la paternité et les difficultés économiques,Certaines chansons traitent aussi des frustrations propres aux petites villes,parfois sexuelles,parfois sociales.

 

Comme toujours avec Bruce Springsteen,l'angoisse est tempérée par la romance,mais sur le plan musical,l'album est beaucoup plus restreint que Born to run.Le saxophone de Clarence Clemons se fait rare et ce sont la guitare de Springsteen et le piano bien mélancolique et mesuré de Roy Bittan qui donnent le ton.

 

Inspirant,pessimiste,déprimé et enragé,cet album ressemble à un film épique de série B après l'énorme succès qu'a été le précédent "Born to run".

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
Copyright © Patrick Marinier 2012-2018